3.2 - La fabrique des villes méditerranéennes : mises en circulations et en pratiques des modèles et des normes, XVIIIe-XXIe siècle

Ce groupe étudie la question de la circulation des modèles et de la production de normes – spatiales, urbanistiques, économiques, politiques et sociales – dans les villes méditerranéennes, une question renouvelée par le processus de mondialisation, de diffusion des expériences, de mise en compétition des villes et par la généralisation de nouvelles dynamiques socio-spatiales métropolitaines. La tension paradoxale, entre quête de singularité et mise aux normes internationales des métropoles contemporaines lorsque chacune « a dorénavant l’œil braqué sur ses consœurs » (A. Deboulet, L. Roulleau-Berger et I. Berry-Chikhaoui), crée de la transversalité bien au-delà d’une hypothétique matrice urbaine méditerranéenne. Les modèles d’urbanisation et de développement des villes, ainsi que les modes d’habiter qui circulent selon de multiples détours, sont transférés et retravaillés via une pluralité d’acteurs. Ainsi, si les équipes d’experts sont de plus en plus appelées à se rendre sur des lieux, soit  en situation opérationnelle, soit pour prendre la mesure de réalisations et s’en inspirer dans leurs projets urbains, les mobilisations de la société civile et des citoyens ordinaires contribuent parallèlement à la contestation d’une « mise en ordre spatiale », ainsi qu’au renouvellement des standards de la ville compétitive. Le groupe rassemblé souhaite engager une réflexion commune à différentes disciplines de sciences humaines sur les processus de diffusion, d’hybridation et d’appropriation des normes et des modèles dans les domaines de l’urbanisme, du développement urbain par la culture et l’économie créative et des pratiques socio-spatiales. La question de l’hybridation, comme parcours et comme produit de la confrontation de cultures et d’héritages, de systèmes politiques, économiques et sociaux différents, sera abordée selon une approche transdisciplinaire, transcalaire et diachronique. On mettra ainsi au jour les porosités, les jeux d’influences partagés et les modalités d’adaptation et de contournement/transgression des normes. Les situations de « crise urbaine » - issues des logiques économiques, des transformations sociales, des ajustements culturels – étudiées à différentes échelles, permettront d’identifier les vulnérabilités et les capacités de résilience des territoires au prisme des rapports de pouvoir : conflits, coups de force, ou compromis. Deux approches sont privilégiées : l’analyse critique des modèles et politiques urbaines, de leurs circulations, des conditions opérationnelles auxquels ils renvoient ; l’analyse des actions et jeux d’acteurs dans leur diversité comme dans la variété des échelles d’intervention (architectes et professionnels de l’urbanisme, équipes des collectivités territoriales, entrepreneurs, acteurs de l’économie associative, habitants et représentants des habitants ou usagers), transcendant les représentations d’une gouvernance urbaine conçue trop souvent selon un schéma dual opposant public/privé, logiques top down/bottom up, peu à même de rendre compte de la complexité des contextes métropolitains.

L’objectif est d’étudier en priorité les projets urbains, les politiques culturelles et la réalité des modes d’habiter dans les métropoles « méditerranéennes » dans une perspective comparative avec d’autres aires, justifiée par les processus de diffusion des modèles et des normes. Au-delà des projets les plus contemporains conduits par les villes ou des comportements dans l’espace les plus novateurs ou les plus emblématiques des sociétés, il s’agit également d’établir en quoi leur évolution sur des temps plus ou moins longs les rapprochent (ou pas) entre elles, ainsi que d’autres trajectoires urbaines. Les terrains privilégiés concernent aussi bien les « capitales » des pays du pourtour méditerranéen, les métropoles considérées comme secondaires, voire les villes intermédiaires, en essayant de dépasser les clivages courants à propos de ces villes pour les aborder comme des villes« ordinaires ». Une attention particulière est accordée aux expériences de la région PACA, favorisant des collaborations plus étroites avec les acteurs locaux et des passerelles avec la recherche appliquée.

Activités

 

Publications

Publications

Partenaires étrangers