2.2 - S’informer et informer en temps de crise en Europe méridionale, de la Révolution française à nos jours

Ce groupe explore la question de l’information en temps de crise. Périodiquement, les sociétés connaissent des crises de tous ordres (des guerres ou révolutions politiques, aux crises sociales, sanitaires, migratoires, environnementales, économiques etc.) qui se succèdent, quand elles ne s’engendrent pas. Pour y faire face (ou les accompagner), gouvernants et simples citoyens recherchent l’information pour en connaître les causes, la nature, les enjeux et tâcher d’en apprécier les conséquences. Mais les premiers peuvent-ils toujours tout dire aux seconds sans risque d’accroître les tensions ou de créer la panique ? Par ailleurs, face à des médias suspectés d’être inféodés au pouvoir en place, que peuvent faire les citoyens pour être correctement informés ? Et quand ils sont censés y être parvenus, comment peuvent-ils agir pour contrer l’information officielle et gagner la bataille de l’opinion publique ? À tous les degrés de l’échelle sociale, au milieu des rumeurs qui font l’actualité, s’informer et informer devient la première des préoccupations et pour cela chacun à son niveau (institution, groupe ou bien encore individu) met en place les stratégies qu’il croit les plus pertinentes, en ayant recours à toutes les sources d’information, des plus transparentes aux plus inavouables, et à tous les types de médias, des « canards » de jadis jusqu’aux tweets d’aujourd’hui, en passant par les arts graphiques, le cinéma, la chanson, la littérature etc. Ce sont ces stratégies, dans leurs permanences et leurs évolutions, que nous nous étudions en Europe méridionale sur le long terme, de la Révolution française à la crise économique et migratoire que nous connaissons aujourd’hui.

Le groupe prête attention à des phénomènes suffisamment différents de par leur nature et leurs origines. Sont ainsi retenues les révolutions, les guerres, les crises sociales et économiques, les crises sanitaires et environnementales. Trois orientations collectives sont plus particulièrement privilégiées : typologie des crises étudiées et enjeux de l’information, un premier volet consacré à une réflexion théorique sur plusieurs éléments clés ; les supports publics, privés ou clandestins de l’information ; stratégies et pratiques de la régulation de l’information.

Activités

 

Organisation de :

Partenaires étrangers