3.2 - D’une rive l’autre : les économies méditerranéennes et leurs mondes de l’époque moderne à nos jours

Banalité d’un constat : le bassin méditerranéen est un espace d’échanges, un monde de la circulation, une aire de rencontres et de connexions, mais aussi un territoire de tensions et d’affrontements économiques, sociaux, politiques et culturels.

 

Des logiques diverses sont à l’origine des déplacements des hommes, des capitaux, des produits, des techniques, des informations, des goûts des idées à l’intérieur de cet espace mais aussi vers ou à partir de celui-ci. Ces mobilités peuvent être éphémères ou durables, épisodiques ou régulières, spontanées ou raisonnées.Sont-elles connectées à d’autres, appartiennent-elles à un ensemble articulé et s’inscrivent-elles alors dans le cadre d’une multipolarité ? Participent-elles à une stratégie économique, à une manière d’utiliser l’espace comme ressource ?
 
Par les activités de production et les échanges marchands, on suivra la volonté de s’adapter, de s’intégrer, de favoriser les interconnexions entre des réseaux ou des espaces régionaux, ou au contraire de rester en marge. Au-delà de la commune culture des affaires du monde méditerranéen (associations, contrats, prêts…), les travaux seront attentifs aux transferts, aux adoptions et aux appropriations de techniques de production et de savoirs, aux pratiques d’échanges, en ne négligeant aucun interstice, procédant pour cela à une variation constante des échelles d’observation afin d’éclairer les comportements individuels et collectifs des acteurs. Si des travaux et des rencontres scientifiques ont déjà abordé la thématique des dynamiques de contact, rares sont encore les recherches à s’être véritablement interrogées sur la question des ressorts et des conséquences des situations de confrontations interculturelles et/ou intercontinentales liées aux circulations économiques, en replaçant sur le temps long la Méditerranée dans un horizon géographique élargi. Étudier cette « économie interconnectée » est le dessein que se fixe ce groupe de recherche par une relecture de l’histoire de l’espace méditerranéen au moyen de travaux mêlant les approches classiques (microstoria et histoire comparative) et des démarches innovantes plus récentes (histoire connectée, histoire globale).
 
L’objectif final est de resituer, sans la réduire à la simple description de ces connexions, la place de la Méditerranée dans l’évolution de l’histoire économique globale des mondes moderne et contemporain. Les thèmes à défricher par ce groupe de recherche sont divers. Destinée à constituer une première trame des travaux à entreprendre, une première liste a été établie : les réseaux marchands ; les figures de l’intermédiation marchande ; l’articulation entre les routes et les produits ; les trafics coloniaux : une parenthèse de l’histoire économique méditerranéenne ? ; la circulation de l’argent et des paiements ; les structures matérielles de la circulation économique ; les problèmes juridiques du travail avec l’étranger ; entrepreneurs et mobilités ; les échanges interculturels… Cette liste n’est ni contraignante ni exhaustive. Les choix sont faits en fonction des retombées scientifiques des opérations et des possibilités offertes par les collaborations internes et extérieures.
 
 
Composé en majeure partie d’historiens modernistes et contemporanéistes, ce groupe de recherche travaille sa thématique par des opérations variées, combinant la tenue d’un séminaire trimestriel donnant la parole aux doctorants et aux invités extérieurs, la réalisation de journées d’études (à l’image de celles récemment tenues sur les thèmes des « moralités marchandes », de la « fonction marchande des patrons de barques et des capitaines de navires » et de la « gestion et exploitation des ressources maritimes »), de participation à la réalisation de colloques (comme le soutien apporté en 2013 au congrès de la NASSCFL « Voyages, rencontres, échanges au XVIIesiècle : Marseille carrefour » et le co-pilotage du colloque « Pollutions industrielles et espaces méditerranéens »), de publications, à l’image de l’ouvrage collectif Langues et langages du commerce en Europe et en Méditerranée à l’époque moderne (Presses universitaires de Provence, 2013), ou encore la conduite d’exposition, comme celle intitulée « Marseille-Provence, rivages des produits du monde », réalisée aux archives départementales des Bouches-du-Rhône, en 2013, dans le cadre de l’opération Marseille, capitale européenne de la culture.
 

Activités

 

Organisation de :

Publications

Publications

Partenaires étrangers