2.3 - Genre et transgressions : pratiques, stratégies, représentations dans l’espace euro-méditerranéen (XVIe-XXIe siècles)

Coordination :
Karine Lambert

(see English version below) 

Normes et transgressions participent des fondements de toute société et de la constitution de l’ordre social. Tout contrat social s’élabore autour de la mise en place de lois et d’interdits. Si l’analyse sociologique ou historique montre comment les bouleversements vécus par des sociétés données font évoluer voire redéfinissent les liens sociaux, l’étude des marginalités permet quant à elle de repérer les limites et les failles des systèmes normatifs. Celles-ci offrent la possibilité de contourner le carcan des règles instituées et produisent des profils féminins que l’on retrouve avec une certaine constance sur le temps long : femmes divorcées, prostituées, brigandes, émeutières et contrebandières, filles-mères, vagabondes, etc. Ces profils incarnés de la transgression n’en sont pas moins aussi, bien souvent, des « figures de la norme » si l’on tient compte des interactions avec l’entourage et des solidarités en jeu. De ce fait, la norme nécessite une attention renouvelée qui ne se contente pas de la définir comme source d’oppression, mais qui prenne aussi en compte son utilisation dans les trajectoires et les réalisations des unes et des autres.

 

Nous nous attachons ainsi à comprendre la combinaison de différents registres de normes. Ici sont par conséquent questionnées les interactions entre le droit, les cultures et les pratiques transgressives avec un intérêt tout particulier porté aux contraintes, aux conventions et aux « règles du jeu » qui encadrent les actions des hommes et des femmes. Nous analysons également les ressources mobilisées par les femmes pour négocier avec les institutions (au sens large) et les normes de genre qui les cantonnent dans des sphères restreintes. Nous nous proposons de travailler de manière innovante sur les écarts entre les normes et les pratiques mais aussi sur la mise en œuvre, plus difficile à cerner, de conventions tacites relevant de l’infra-institutionnel et sur les rapports entre conflits et institutionnalité (par exemple en interrogeant le concept de déviance et les définitions changeantes des notions de crime économique, crimes d’honneur, crimes sexuels). Dans cette optique, nous tentons de détecter les passages et gradations possibles entre le monde du licite et celui de l’illicite. Nous questionnons le rapport aux normes des individus en prenant en compte les espaces de transmission (ou de socialisation), de consolidation voire de contestation de ces mêmes normes, à savoir la famille mais aussi d’autres échelles et espaces de fabrication des individus tels que la ville, l’école, le travail, la télévision par exemple. Nous interrogeons de la sorte la manière dont les pratiques transgressives contribuent à la production d’espaces sociaux spécifiques. 

 

Notre projet, qui se veut à la fois comparatiste et pluridisciplinaire, explore sur le temps long (XVIe-XXIe siècles) différents espaces de l’aire euro-méditerranéenne. Il se décline en 3 axes de recherches 

SEMINAIRE 2016-2017

Les séances de séminaire auront lieu de 15h à 17h.

 

13 octobre : Efi Avdela ( Université de Crète) en collaboration avec Gendermed

Titre : Le genre en histoire et les études du genre en Grèce : développements récents.

salle PAF 15h-17h

 

le lien pour écouter l'intervention : 

http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/Pages/Gendermed-0004.aspx

 

19 janvier :

Laura Piccand ( Université de Genvève)

titre provisoire : Pratiques médicales et discours scientifiques sur  la puberté (suisse 1950-1970)

Définir et évaluer la puberté dans les études longitudinales sur la croissance: Généalogies de la mesure et matérialités de la recherche (Suisse, 1950-1970).

salle de  cours n°1 de 15h-17h

 

9 Février : 

Nicola Maï (professeur de Sociologie et Etudes migratoires à l’Université Métropolitaine de Londres)

Assembling "Samira" and "Travel": understanding sexual humanitarianism from the global South through experimental ethnofictional filmmaking.

salle de cours n°7 de 15h-17h

 

16 Mars :

 Actualités éditoriales

Michèle Riot-Sarcey, Le procès de la liberté, Une histoire souterraine du XIXe siècle, Ed. La découverte, Paris, 2016.

Stéphane Lamotte,  L'Affaire Girard-Cadière. Justice, satire et religion au XVIIIe siècle, PUP,  coll. le temps de l’histoire, Aix, 2016.

salle de cours n°4 de 15h-17h

 

6 Avril : Monia Lachheb ( sociologue IRMC)

Sexualités et transgressions au Maghreb 

salle Duby de 15h-17h

 

28 juin-1er juillet  : Séminaire doctoral du Rusemeg ( en partenariat avec Projet Horizon du LERMA et Gendermed )

 

 

 

Séminaire 2015-016

 

6/10 14h AG TELEMME et remise de l’ouvrage Genre, Révolution, transgression à Martine Lapied

 

 

15/10  -15h-17h S.004

Sabine Savornin , GeFeM, Tours

Emma Bovary : Femme(s) modèle(s), modèle(s) de femme(s)

Construction identitaire et  « puissance d’agir »

 

 

19/11- 15h-17h S.003

Michèle Bitton, GeFeM, TELEMME , AMU/CNRS

Deux « hors-la-loi » juives et lesbiennes en France au début du XXe siècle Marthe Hanau et Claude Cahun

                                                                               

17 /12 -15h-17h salle Duby

Constance de Gourcy, LAMES, AMU/CNRS

Autrement présentes : Femmes et mères en migration

 

21/01  15h-17h, salle Temime

Claudine Guiard, GeFeM, TELEMME, AMU/CNRS

De la lumière à l'ombre ou le parcours transgressif de Lucienne Jean-Darrouy, romancière, journaliste et militante féministe dans l'Algérie des années 1930. 

 

 

25/02  15h-17h, salle Temime

Martine Vasselin, LA3M, AMU/CNRS

Littérature et arts visuels comme stratégies émancipatrices à la cour de Ferrare sous Alfonso I° d'Este (1505-1534) : Les héroïnes transgressives de l'Arioste et de Dosso Dossi

 

 

24/03 15h-17h, salle Temime

 Christine Planté, Université Lumière Lyon 2 - UMR LIRE 5611

Normes et transgressions dans les écrits de femmes au XIXème siècle ( titre provisoire)

 

 

21/04 15h-17h, salle Temime

 Karine Lambert, GeFeM, TELEMME, AMU/CNRS

 Normes et transgressions des identités de sexe dans les espaces de la marge.

 

 

19/05 , 15h-17h, salle de colloque n° 1, bât.T1, Maison de La Recherche

Lucy Delap, University of Cambridge

The margins of feminism: Men and emotions in late twentieth century Britain

 

 

16/06 15h-17h, salle Temime

 Elsa Dorlin,  CRESPPA-LabTop (UMR 7217, CNRS, Paris 8, POND)71

Girls gangs : violence féminine, violence féministe et transgression des normes de genre

 Gender and Transgressions: Practices, Strategies, Representations in the Euro-Mediterranean Space (16th-21st centuries)

 

Social interactions are shaped by laws and taboos, and so norms and transgressions are equally important for the development of societies and the establishment of social order. Since sociological and historical analysis shows that social upheavals redefine social relations, research on marginal behaviour seeks to identify the boundaries and fault-lines of ‘normal’ social structures. It also allows us to circumvent the straitjacket of established rules and present female figures that remain constant over time: divorced women, prostitutes, female brigands, rioters and smugglers, teenage mothers, homeless women, etc. These examples of deviance incarnate may nonetheless also be ‘normal’, if we look more closely at their entourage and family context. Norms require regular review and such review should not be limited to a mere statement of their ‘oppressive’ nature: it should also take into account the use made of norms in the lives and activities of the persons involved.

 

Our main objective, therefore, is to understand how norms come together at different levels of social interaction. We review the way that norms interface with legal structures, cultural environments and transgression, while paying particular attention not only to the constraints and conventions that structure the lives of both men and women, but also to the resources available to women in order to ‘live with’ norms, whether generated by social institutions or by gender-based preconceptions, that seek to place them in certain restricted domains. We therefore concentrate on spaces between norms and practices and take an innovative approach by highlighting tacit conventions at the infra-institutional level and thus identify the links between conflicts and institutions (for example, by challenging changing definitions of economic crimes, crimes of honour, sexual crimes). From this perspective, we also attempt to detect the passages and gradations between the licit and the illicit world. Thus, we revisit the social arenas in which these norms are transmitted, consolidated and even contested. The most obvious of these is the family, but we also examine other spaces where the individual is ‘fabricated’: the public sphere, television, school, work, etc. In addition, we pay particular attention to the ways in which transgression contributes to the production of specific social spaces.

 

Resolutely committed to a comparative and multi-disciplinary approach (historical sociological, and anthropological), we explore this theme in both time (16th-21st centuries) and space (Europe and the Mediterranean Basin). Three main approaches are developed:

1.     Marginality, conflictuality, criminality

2.     Marginality and transgression

3.     Representation and ‘self representation’

 

The group holds a monthly seminar, typically on Thursday afternoons (3:00 to 5:00 pm).

 

 

Several books have been published by the group and its members. 

 

 

Activités

 

Organisation de :

Publications

Publications

Partenaires étrangers