EFFIJIE [ANR], Programme Sociétés, changements climatiques et environnementaux
Coordination :
Anne Cadoret

L’effort environnemental comme inégalité : justice et iniquité au nom de l’environnement : Pour une analyse comparative des politiques de la biodiversité et de l’eau en France métropolitaine et outre-mer (2014-2018)

Coordinatrices du programme : Jacqueline Candau, UR ETBX et Valérie Deldrève, UR ETBX

Objectifs du programme :

Effijie a pour ambition d’identifier une forme d’inégalité environnementale qui n’est pas conceptualisée à ce jour. Elle repose sur la contribution différenciée aux politiques publiques de protection de l’environnement selon les catégories sociales, et nous la nommons : effort environnemental.

Cette ambition est née du débat académique sur la justice environnementale dont la version sociale se traduit sur le continent américain par des mouvements de contestation d’envergure : est-il possible de concilier préservation de l’environnement et lutte contre les inégalités sociales ? Autrement dit, éthique environnementale et justice sociale renvoient-elles à des principes de justice contradictoires ? Effijie propose de contribuer à ce débat en étudiant deux instruments d’action publique précis : les parcs nationaux et la restauration de la qualité de l’eau par les captages dits Grenelleou les Mesures agro-environnementales territorialisées. La comparaison de terrains en métropole et à La Réunion permet d’éprouver l’ampleur des inégalités socio-économiques à l’échelle de territoires français contrastés.

 

Méthodologie du programme de recherche :

L’originalité tant conceptuelle que méthodologique du projet Effijie tient à l’association de trois approches des inégalités environnementales, pour l’heure menées séparément: l’approche statistique (objectivation quantitative de la répartition de l’effort environnemental), l’approche éthique (objectivation par la subjectivité des acteurs) et l’approche socio-historique (explicative).

 Effijie contribue à la structuration interdisciplinaire des recherches portant sur les inégalités environnementales, en proposant de mettre à l’épreuve un cadre d’analyse innovant de l’effort environnemental se référant à l’Environmental Justice et à la Political Ecology, aux théories économiques de la justice et à celles de la justice sociale.

èUn programme de recherche divisé en tâches et sous-tâches

 Tâche 1 :  Caractériser la répartition de l’effort environnemental requis par les parcs nationaux, les MAET et les captages Grenelle, à l’échelle nationale en distinguant la Métropole et les DOM


Tâche 2 : Caractériser la dimension subjective des inégalités générées : cette répartition de l’effort environnemental est-elle jugée juste ou injuste, selon quels principes de justice ?

Tâche 3 : Comprendre par quels processus, et avec quelles interactions à l’échelle des territoires, l’action publique environnementale renforce ou diminue les inégalités. Les processus en jeu sont complexes : définition des zonages, accès aux scènes de décision, interactions entre politiques environnementales et politiques d’aménagement ou politiques sectorielles.

 

L'équipe Telemme s'interroge plus particulièrement sur le rôle des conflits dans la production, révélation, consolidation, légitimation, atténuation des inégalités environnementales. Notre étude concerne plus spécifiquement la politique de protection de la biodiversité pensée et mise en oeuvre sur le Parc National des Calanques :

Sous-tâche 3.1 – Quelles dynamiques de conflits d’usages accompagne la gouvernance des ressources naturelles ?

Les conflits associés à la mise en place d’un parc national et notamment la définition des usages sur une zone spécifique peuvent, à la fois, être révélateurs d’inégalités environnementales depuis longtemps ancrées sur le territoire, mais aussi, du fait des dynamiques et innovations institutionnelles qu’ils entrainent, être à l’origine de nouvelles inégalités environnementales, ou au contraire, permettre l’atténuation de certaines inégalités environnementales. On s’intéresse plus particulièrement aux interactions entre processus conflictuels et production d’inégalités dans le parc national des Calanques.

 

 

 

 

Activités

 

Partenaires étrangers