Thèse de doctorat : Sciences géographiques et de l'aménagement

Kévin Duruisseau

a soutenu sa thèse le vendredi 18 novembre 2016 sous la direction de Sylvie Daviet.

Sujet

Transition énergétique et géographie : le photovoltaïque au sol dans le Sud de la France

Membres du Jury
Sylvie Daviet, PR, Aix-Marseille Université Michel Derdevet, MCF, IEP-Paris Michel Deshaies, PR, Université de Lorraine Jérôme Dubois, PR, Aix-Marseille Université Loïc Grasland, PR, Université d'Avignon Frédéric Leriche, PR, Université de Versaille/Saint-Quentin-en-Yveline Bernadette Mérenne-Schoumaker, PE, Université de Liège
Mention
Très honorable avec félicitations
Mots clés
transition énergétique « bas carbone », territorialisation, photovoltaïque au sol (PVS), politique publique, système d’acteurs, dépendance au sentier
Résumé

Amorcée en 2002 avec la mise en place d’un régime financier d’encadrement basé sur un système de tarifs de rachat de l’électricité, la politique publique photovoltaïque au sol (PVS) vient enrichir les politiques publiques énergie-climat françaises, devenues depuis des politiques publiques de transition énergétique « bas carbone ». Ces politiques se déploient dans un contexte d’ouverture à la concurrence associée à la libéralisation des marchés européens nationaux de l’électricité, de fractionnement des moyens de production et de dévolution croissante de compétences « électriciennes » aux acteurs territoriaux publics favorisant une multiplication et une diversification des acteurs intervenants dans le système électrique français métropolitain. Ces mutations ont amorcé un processus de territorialisation des EnR et dessinent une nouvelle géographie de l’électricité.

Cette thèse interroge la place des territoires dans la transition énergétique « bas carbone », dans une analyse du processus de territorialisation de la politique publique PVS en France métropolitaine, et discute de l’émergence d’une nouvelle géographie de l’électricité. Elle articule une étude de la géographie des unités PVS en activité au 31 décembre 2015 dans les territoires du sud de la France avec une analyse actorielle de la diffusion spatiale de ces nouvelles infrastructures industrielles. Elle propose pour ce faire une typologie des acteurs-initiateurs PVS et une typologie des opérateurs-exploitants PVS permettant de mettre en évidence les nouveaux acteurs électriciens du système électrique français métropolitain. Elle propose plus largement une étude des systèmes de régulation et des jeux d’acteurs à l’œuvre dans les territoires d’implantation PVS révélant le processus de territorialisation de cette EnR.

Elle montre le caractère inachevé du processus de territorialisation PVS en France métropolitaine, limité par la place grandissante de l’État central dans la régulation du déploiement spatial de cette EnR et par l’implication modérée des collectivités territoriales et des intercommunalités. Elle désigne les acteurs traditionnels du système électrique français métropolitain et la géographie des réseaux électriques comme des facteurs tempérants l’émergence de la nouvelle géographie de l’électricité observée. Elle met en évidence, dans le choix historique du tout nucléaire, un phénomène de dépendance au sentier freinant la mise en œuvre de la transition énergétique « bas carbone » en France métropolitaine.

Abstract

Began in 2002 with the establishment of a financial supervisory regime based on a system of feed-in tariffs, the photovoltaic public policy on the ground enriches French energy and climate public policy, which have since become public policies for “low carbon” energy transition. These policies are deployed in a context of openness to competition associated with the liberalization of the European national markets for electricity, means splitting production and increasing devolution of "Electricians" powers to public territorial players favoring multiplication and diversification of actors involved in the metropolitan French electrical system. These changes have initiated a process of territorialization of renewable energy and create a new geography of electricity.

This thesis questions the place of the territories in the "low carbon" energy transition, in an analysis of regionalization of public policy photovoltaic ground process in France, and discusses the emergence of a new geography of electricity. It articulates a study of the geography of photovoltaic ground units in operation on 31 December 2015 in the southern territories of France with an actorial analysis of the spatial distribution of these new industrial infrastructures. It proposes to do this a typology of photovoltaic ground initiators-actors and a typology of photovoltaic ground developers-operators to highlight the new electric actors of the metropolitan French electrical system. It offers a wider study of regulatory systems and sets of actors at work in the implementation of photovoltaic ground territories revealing the territorialization process of this renewable energy.

It shows the incompleteness of photovoltaic ground territorialization process in metropolitan France, limited by the growing role of central government in regulating the spatial deployment of the renewable energy and the moderate involvement of local authorities and linked local authorities. It refers to the traditional players of the metropolitan French electrical system and geography of electrical networks as factors tempering the emergence of the new geography seen electricity. It highlights, in the historic choice of all nuclear, a phenomenon of path dependency slowing the implementation of the “low carbon” energy transition in metropolitan France.