Thèse de doctorat : Sciences historiques et Humanités

Aurélia Dusserre

a soutenu sa thèse le samedi 28 novembre 2009 sous la direction de Gérard Chastagnaret.

Sujet
Atlas, sextant et burnous. La reconnaissance du Maroc (1846-1937).
Membres du Jury
Mme Florence DEPREST, professeur, Université Bordeaux III M. Gérard CHASTAGNARET, professeur, Université de Provence M. Xavier HUETZ DE LEMPS, professeur, Université de Nice - Sophia Antipolis M. Robert ILBERT, professeur, Université de Provence M. Mohammed NACIRI, professeur, Université Mohammed V- Agdal M. Daniel NORDMAN, directeur de recherche, CNRS-EHESS
Mention
Très honorable avec félicitations
Mots clés
Maroc. Explorations et voyages (XIXe siècle – XXe siècle). Colonisation. Géographie. Morocco, travel and exploration (19th and 20th centuries). Colonialism. Geography.
Résumé
Au milieu du XIXe siècle, le Maroc encore peu connu par la géographie européenne attire l’attention des savants. Une curiosité scientifique se développe et un effort d’enquête est réalisé dans sa direction, selon des moyens qui évoluent en fonction des contextes scientifiques et politiques. Cette thèse étudie ce vaste mouvement de découverte et d’inventaire destiné à l’élaboration d’un savoir sur l’espace, ainsi que la production d’un discours géographique et son articulation avec les objectifs politiques, laissant entrevoir l’existence de décalages. D’abord livresque, ce savoir provient ensuite des reconnaissances conduites sur le terrain par des explorateurs et des militaires à l’aide de pratiques spécifiques imposées par les conditions du parcours. L’entreprise de connaissance évolue enfin avec la mise en place du Protectorat français et pose la question de la création d’une géographie marocaine, au moment où est achevée la carte de reconnaissance du pays.
Abstract
By the mid 19th century, European geographers knew little about Morocco. A growing interest in the Kingdom is nonetheless perceptible in scholarly circles. Beginning in 1846, deliberate investigations and studies are undertaken, relying upon methods that evolved considerably with the scientific and political context. The present thesis examines this vast reconnaissance effort, carried out in order to produce knowledge about a given space whilst contributing to a specific geographical discourse distinct from but not unrelated to the broader political objectives. From its book-bound beginnings, geographical knowledge about Morocco grew with the organisation of scientific expeditions and reconnaissance missions carried out by explorers and army personnel alike, according to methods determined by the conditions in which they were undertaken. With the production of the first comprehensive map of Morocco in 1937, new questions arise regarding the emergence of a truly Moroccan geography.