Cahier d'hiver 2011

  • Naissance du service public
  • Cahier d'automne 2012

  • Pratiques journalistiques en Espagne et dans l’espace colonial, XVIIIe-début XIXe s.
  • La virginité féminine. Mythes, fantasmes, émancipation
  • Quête de l'information 2 : La voie policière
  • Genre et transgressions
  • Genre et transgressions
  • Cahier d'hiver 2013

  • Actualité éditoriale de GeFeM
  • Nation et violence
  • Histoire de l'art et histoire moderne
  • La conflictualité entre transgression et pratique politique
  • Genre et marginalités : regards croisés
  • Cahier de printemps 2013

  • Genre et transgressions
  • Genre et transgression politique
  • Moralités marchandes dans l’Europe méditerranéenne au XVIIIe siècle : institutions, appartenances, pratiques
  • Ordre et désordre dans la candidature. Postuler en temps de crise (XVIe-Xxe siècles)
  • De l’autel à l’écritoire : aux origines des comptabilités princières en Occident, XIIe-XIVe siècle
  • Transgressions et frontières
  • Séminaire de l'histoire de l'environnement
  • L’enquête générale de Leopardo da Foligno
  • Cahier d'automne 2013

  • Territoires créatifs dans le cadre de "La Recherche et la Cité" "Les territoires de la créativité - acteurs, espaces, enjeux"
  • Séminaire du GeFeM :Travail et maternité
  • Séminaire du GeFeM : Les relations amoureuses entre les femmes, XVIe-Xxesiècles : subversion, transgression, émancipation, quelles différences?
  • Ecriture de l’histoire et mobilisation des mémoires sur le web (France-Méditerranée). Acteurs et témoins - en collaboration avec l'ATRI 4 Patrimoine : enjeux, pratiques, représentations du LABEXMED
  • Séminaire du GeFeM Réordonnancer le genre dans les camps de concentration nazis
  • Cahier de printemps 2014

  • Ethnographie de la pratique de la self-défense féminine au Caire (Egypte)
  • Transgresser au féminin : Rose Michel Reynoir, une féministe ?
  • Cahier d'automne 2014

  • La construction de l'autorité aux époques médiévale et moderne
  • Cahier d'automne 2015

  • Espagne, Mexique : de l'impact des crises
  • Enjeux éthiques et correspondances négociantes dans l’espace méditerranéen au XVIIIe siècle [Résumé de la communication]

    Moralités marchandes dans l’Europe méditerranéenne au XVIIIe siècle : institutions, appartenances, pratiques , Journée d'études

    Sébastien LUPO (UMR TELEMME, AMU, CNRS) | 24.05.13

    Le commerce transméditerranéen au xviiie siècle ne représente pas une aventure nouvelle pour les négociants marseillais. Leur monopole de fait dans les activités françaises au Levant, associé aux conditions favorables définies par les capitulations de 1740, établissent un cadre propice à l'implantation de maisons de commerce notamment à Smyrne, qui s'affirme à cette époque comme la synapse majeure des échanges franco-ottomans. Il n'en demeure pas moins que le commerce à long rayon demeure une entreprise risquée d'autant que les décennies centrales du xviiie siècle marquées par la transition vers l'hégémonie économique anglaise et par l'émergence de la « crise Levant » comme l'a établi Charles Carrière. Aussi, le choix de partenaires de confiance pour défendre ses intérêts au départ et / ou à l'arrivée des marchandises ou pour placer des capitaux ou pour entretenir un flux d'informations continu, nécessaire à la réussite du commerce, constitue un enjeu de premier ordre.           

    Un faisceau de facteurs interagit dans la genèse et le maintien d'une coopération : la compétence, dont le signe extérieur consiste dans la pérennité, le volume et la rentabilité des affaires traitées, la réputation d'honnêteté des intervenants dans le monde des affaires, la qualité de la correspondance, fruit de son exactitude et de ses aménités, et l'ancienneté du partenariat.           

    Ainsi, les négociants lient partie essentiellement avec leurs semblables ou recourent à la commandite pour internaliser leurs opérations à long rayon. Ces constructions réticulaires, en dépit de leur sophistication, n'empêchent pas la spéculation ratée, le conflit et le litige qui révèlent la difficile conciliation d'intérêts parfois divergents. Dès lors, l'existence d'un lien – qu'il soit fort ou faible (cf. Granovetter) – évacue-t-elle l'interrogation sur la moralité des protagonistes ? L'éloignement, les difficultés de communications, les éventuelles différences dans les pratiques commerciales, les contraintes communautaires, les effets de la hiérarchie sociale existant entre les protagonistes et de leur place dans le processus d'échanges ont-ils une influence sur les barrières qui séparent l'erreur technique d'un mauvais choix voire d'une faute intentionnelle ? Aussi, il peut être opportun de s'interroger sur la place du jugement moral dans la régulation et l'édification de réseaux marchands. Cet enjeu transparaît dans les correspondances négociantes du xviiie siècle à l’occasion de la gestion des litiges et des autres contentieux. Pour décrypter l’éthique du commerce et en dégager ses composantes selon différentes strates, il conviendrait de mener des études comparatives de quelques relations épistolaires entre une des plus puissantes maisons de Marseille – comme celle des Roux – avec d'une part des partenaires extérieurs – comme Barnier ou Reynaud de Salonique – et d'autre part ses régisseurs établis au Levant – comme Pierre-Paul Garavaque et Guillaume Cusson, à Smyrne.

    Pour citer ce résumé de la communication

    Sébastien LUPO (UMR TELEMME, AMU, CNRS), « Enjeux éthiques et correspondances négociantes dans l’espace méditerranéen au XVIIIe siècle ». Résumé de la communication, Journée d'études : Moralités marchandes dans l’Europe méditerranéenne au XVIIIe siècle : institutions, appartenances, pratiques du 24 mai 2013 , consulté le jeudi 30 mars 2017. URL : http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/edition/58371/0