Actualité

Penser le temps en SHS, AAC pour la journée d’études des Jeunes chercheurs·euses de TELEMMe

Journal Entry ©Joel Montes de Oca, Licence CC BY-SA 2.0

https://jjctelemme.hypotheses.org/2058

Les Jeunes chercheurs·euses de l’UMR TELEMMe organisent comme tous les ans leur journée d'études le 14 mai 2019 à la MMSH. Cette année, elle aura pour thématique « Penser le temps en sciences humaines et sociales ». La date limite de réponse à l'appel est fixée au 1er avril 2019. 

Le concept peut paraître trivial. On le côtoie quotidiennement dans des contextes aussi éloignés que le temps de travail ou le temps de cuisson. Dans nos disciplines, quelles qu’elles soient, on le rencontre par l’intermédiaire d’un champ lexical qui y a trait : durées, périodes, rythmes, cycles, événements et bien d’autres. Mais de quoi parle-t-on, au juste, quand on aborde le temps ? Qu’étudie-t-on à travers les termes liés à la temporalité ? Comment s’approprier ces acceptions plurielles ? 

La notion semble insaisissable : s’il n’y a rien d’antérieur au temps pour le définir, il n’y a donc que des moyens détournés pour l’appréhender. Donnée métrique à partir de laquelle on observe et on analyse, le temps est avant tout perçu et construit socialement. À l’évidence, la science historique est traditionnellement associée à l’étude de cette réalité mais d’autres disciplines (philosophie, histoire de l’art, géographie, anthropologie, sociologie, musicologie,  etc.) la mobilisent de manière croissante. L’intérêt pour le sujet s’en trouve renouvelé, au point que de nouvelles collaborations se nouent entre sciences humaines et sciences cognitives.

Mus par la volonté de croiser la diversité des regards autour de thématiques transversales, les Jeunes chercheurs·euses du laboratoire TELEMMe ont donc fait le choix de questionner ces recherches, en leur consacrant une journée d’études spécifique où l’idée de « temporalités plurielles » sera privilégiée. La réflexion a mis en exergue plusieurs éléments structurants qui méritent d’être interrogés. Il peut s’agir de notions connexes – crise, rupture, processus, anachronisme, uchronie –, voire de néologismes – rythmanalyse, chronotopie, chrononymes. 

Lire la suite