RSS Les Livres
Les Carnets

Marseille : entre gentrification et ségrégation langagière, numéro de la revue Langage&Société

13.02.18

Langage&Société, n° 162, 4° trimestre 2017 Edité par Médéric Gasquet-Cyrus et Jean-Michel Géa Présentation du numéro : Engagés dans une course à la modernité visant à restructurer et à requalifier le paysage urbain de Marseille, les pouvoirs publics locaux et nationaux, aidés en cela par des entreprises et des financements privés, ont impulsé depuis...

Les Revues
Les Cahiers numériques

Genre et marginalités : regards croisés

Caroline Rimbault-Minot | Compte rendu

Cette journée d’étude s’inscrit dans le 1er axe de réflexion (Marginalités, conflictualités, criminalités) de notre projet quadriennal (cf. titre supra), dont nous souhaitons, en introduction, rappeler brièvement la teneur. L’analyse sociologique ou historique a montré comment les bouleversements vécus par des sociétés données font...

Expériences de la recherche

L’objectif de ces courts-métrages, de trois minutes, se focalise sur le rôle social des chercheurs en sciences humaines et sociales. La présentation de plusieurs facettes de la recherche, dans un laboratoire SHS, s’effectue à partir de tournages sur les lieux de travail, et d’entretiens avec les acteurs eux-mêmes (doctorants, chercheurs, personnel administratif). Ces courts-métrages mettent en image la diversité des métiers de la recherche. Cliquez-ici pour les découvrir...

RSS Prochaines manifestations
Toutes les manifestations...
RSS Participations externes
  • Thu 21 Nov 19 | Colloque
    Anne Carol, Les reliques de la reine,
    Marie-Antoinette, les métamorphoses d'une image, Paris I Sorbonne, ENS, Centre des monuments nationaux, Paris

  • Fri 22 Nov 19 | Journée d'étude
    Delphine Peiretti-Courtis, Rencontres de terrain, interactions visuelles et médicales ,
    L'Europe et la différence des corps. Interactions ordinaires en contexte impérial., Sorbonne Université - Labex EHNE, PARIS

  • Sat 23 Nov 19 | Colloque
    Jean-Marie Guillon, Rumeurs de temps de guerre : des bruits qui ne sont pas rien,
    4e rencontres de Vichy : information, désinformation, propagande en France 1940-1944, Centre international d'études et de recherches de Vichy sur l'histoire de France de 1939 à 1945, Vichy

  • Sat 23 Nov 19 | Séminaire
    Pierre-Marie Delpu, Revolutionary martyr women in 19th century Southern Europe: the cases of Teresa Confalonieri (1830) and Mariana Pineda (1831),
    Before suffrage: Women and political participation in Europe 1815-1850, Mark Philp, Warwick

  • Tue 26 Nov 19 | Colloque

    Entre 1830 et 1848, une série de révoltes et de révolutions, pour partie intégrées à une dynamique insurrectionnelle européenne, traversent les monarchies ibériques et italiennes. Les répressions dont elles sont l’objet de la part des pouvoirs centraux donnent lieu à des cultes populaires croissants dévolus aux révolutionnaires soumis à des exécutions publiques. La politisation libérale de masse, qui se précise à partir des années 1830, s’est appuyée sur la construction et le souvenir de martyrs populaires libéraux qui ont pris une part active à ces insurrections. À partir de la documentation policière et de la littérature commémorative qui leur est consacrée, on se concentrera sur les funérailles des martyrs et sur les anniversaires des exécutions comme moments de la formation d’un martyrologe libéral destiné à susciter l’identification du peuple et sa mobilisation au service de la cause révolutionnaire. Fondées sur un répertoire d’action commun (services funèbres, processions, cortèges populaires, culte des reliques), elles présentent une forte dilatation temporelle liée aux contextes politiques des États italiens et espagnol, au poids de la surveillance et de la censure, alors que les seules révolutions politiques sont propices à des cérémonies funèbres de grande ampleur à l’image de celle célébrée à Cosenza (Calabre) en 1848 en l’honneur des démocrates fusillés en 1844. La médiatisation dont ces célébrations sont l’objet révèle les dynamiques complexes de la construction des figures de martyrs, objet d’une importante mise en scène littéraire qui les identifie à un système de valeurs fondé sur le sacrifice patriotique. La place du bas-clergé révolutionnaire dans les cultes rendus aux martyrs confirme leur forte orchestration morale et religieuse qui en fait des figures morales destinées à générer des émotions politiques à valeur mobilisatrice, au moment où se constituent, en Espagne comme dans les États italiens, des courants politiques libéraux à dimension nationale. En se demandant comment les morts de la révolution peuvent devenir des martyrs, identifiés à des saintetés laïques et objets d’un culte populaire, on se propose donc de réfléchir à la place des « religions politiques » dans l’Europe méditerranéenne du XIXe siècle.


    Pierre-Marie Delpu, Mourir en martyr libéral : funérailles et anniversaires des révolutionnaires exécutés (Espagne et États italiens, 1830-1848),
    Mourir en révolutionnaire (XVIIIe-XXe siècle), Michel Biard, Rouen
Toutes les participations...