RSS Les Livres
Les Carnets
Les Revues
Les Cahiers numériques

Femmes et conflictualité politique dans le Sud-est, de l’Ancien Régime à la Révolution

Martine Lapied (UMR TELEMME) | Résumé de la communication

La communication s’interrogera sur l’utilisation de la conflictualité comme moyen d’expression politique par les femmes dans l’optique de déterminer si ces pratiques transgressives ne témoignent pas, finalement,  de leur intégration dans la sphère politique publique. 
Crises d’Ancien Régime où la norme est remise en question, période...

Expériences de la recherche

L’objectif de ces courts-métrages, de trois minutes, se focalise sur le rôle social des chercheurs en sciences humaines et sociales. La présentation de plusieurs facettes de la recherche, dans un laboratoire SHS, s’effectue à partir de tournages sur les lieux de travail, et d’entretiens avec les acteurs eux-mêmes (doctorants, chercheurs, personnel administratif). Ces courts-métrages mettent en image la diversité des métiers de la recherche. Cliquez-ici pour les découvrir...

RSS Prochaines manifestations
Toutes les manifestations...
RSS Participations externes
  • lun. 21 janv. 19 | Séminaire

     

    Depuis une trentaine d’années, le champ de l’histoire publique s’est imposé comme une aire disciplinaire à part entière, qui questionne aussi bien les pratiques historiennes institutionnelles que le statut épistémologique et social de l’autorité de l’historien et le rôle des publics comme acteurs potentiels de la fabrique de l’histoire. Aujourd’hui cependant les enjeux originaires des débats liés au développement de l’histoire publique se sont profondément modifiés, dépassant le cadre initial de l’articulation entre production de connaissance savante et savoir public. L’irruption du tournant mémoriel à l’échelle internationale depuis les années 1990 a ouvert de nouvelles perspectives, car les demandes publiques de mémoires ont permis l’accès de nouveaux acteurs, en donnant aussi à voir de nouvelles tensions, voire des « guerres de mémoires » concurrentes, qui disent des régimes d’appropriation publique de l’histoire clivés ou antagonistes.

    Par ailleurs, l’articulation entre savoir, pouvoir et démocratie a pris une importance inédite, et elle se trouve désormais au cœur des débats actuels de l’histoire publique. La prise en considération des publics non-académiques comme acteurs à part entière de la production de l’histoire formule un nouvel horizon d’engagement citoyen et ouvre la possibilité d’une pratique de l’histoire en régime participatif, voire en régime de démocratie directe. Des pratiques d’histoire publique peuvent aussi se revendiquer comme contre-histoire et afficher un savoir historique alternatif comme contre-pouvoir.

    L’organisation de cette École thématique vise à analyser les enjeux historiogaphiques, politiques, sociaux et culturels émergents dans le champ de l’histoire publique, mais aussi à identifier les nouveaux acteurs et à cartographier le renouveau des modes contemporains d’appropriations collectives du passé. 

    ____________________

    During the last thirty years, Public History has established itself as a discipline in its own right, simultaneously questioning the institutional historiographical practices, the epistemological and social status of the historian’s authority, and the role of people as potential history makers. Nowadays however, the original issues that were debated and led to the development of Public History have changed greatly, going beyond the initial framework that linked the production of scholarly knowledge and public knowledge. Since the 1990s, the outbreak of the “Memory Boom” on an international scale has broadened perspectives, as public requests for memoires have allowed access for new individuals, whilst also giving rise to new tensions, and even competitive “memory wars,” which show cleaved or antagonistic systems of Public History appropriation.

    Furthermore, the link between knowledge, power and democracy has become of unprecedented importance, and is now at the heart of the ongoing Public History debates. The acknowledgment of non-academic audiences as fully-fledged actors in the production of history represents a new horizon for citizen engagement, and opens up the possibility of a participatory approach to the practice of history, or even direct democracy. Public History practices can also be claimed as counter-history and alternative historical knowledge can appear as a counter-power.

    This activity aims to analyze the emerging historiographical, political, social and cultural challenges in Public Histor
    Maryline Crivello, Une histoire à soi. Reconstitutions historiques et pratiques sociales du passé,
    RECRÉER L’HISTOIRE APPROPRIATIONS ET USAGES PUBLICS DU PASSÉ - ÉCOLE THÉMATIQUE, Jesús IZQUIERDO MARTÍN (Universidad Autónoma de Madrid), Nicolas MORALES (EHEHI-Casa de Velázquez, Madrid), Madrid


  • jeu. 24 janv. 19 | Conférence
    Jean-Marie Guillon, De la vulgate dans l'enseignement de la 2e Guerre mondiale en France,
    cycle de conférences, Association des professeurs d'Histoire-Géographie de l"académie de Lyon, Lyon

  • ven. 25 janv. 19 | Séminaire

    Séminaire initié par le Comité d’histoire du 28 septembre 2018 au 17 mai 2019 à la Maison Suger, FMSH (75006 Paris)

    Le spectacle comme cérémonie
    Vendredi 25 janvier 2019  de 14h à 17h

    • Maryline Crivello, historienne, AMU
    • Jean-Clément Martin, historien, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

    Maryline Crivello, Le spectacle comme cérémonie (avec Jean-Clément Martin),
    La cérémonie publique en France sous la Vème République, TELEMMe, IHTP, Sciences Po, Ministère de la culture, Paris

  • sam. 26 janv. 19 | Conférence
    Jean-Marie Guillon, Les cahiers de doléances à la Libération 1944-1945,
    Assemblée générale , Association 1851 pour la mémoire des résistances républicaines, Toulon

  • mer. 06 févr. 19 | Conférence
    Karine Lambert, Criminelles et déviantes en Provence au début du XIXème siècle,
    conférence, Roquebrune amitié, Roquebrune/argens
Toutes les participations...